Lancinet Doumbouya est le nom du présumé trafiquant pris en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation de 41 peaux tannées de crocodiles,  4 sacs  dont 3 confectionnés avec les peaux de crocodile et 1 à l’aide de celle d’un serpent boa. C’était le mercredi 04 octobre 2017 aux abords de l’hôtel Palm Camayenne situé dans la commune de Dixinn. L’opération d’arrestation a été conduite  par les agents du corps des conservateurs de la nature. Des trophées provenant  des espèces animales intégralement protégées par le code guinéen de la faune mais aussi par la Convention de Washington.

 C’est grâce à la clairvoyance d’un agent du Corps des Conservateurs de la Nature en service à la Direction Nationale des Eaux et Forêts que l’opération a été rendue possible. Selon nos informations, celui-ci serait parti déposer une correspondance à l’hôtel palm Camayenne situé dans la commune de Dixinn. C’est ainsi  qu’il a aperçu un homme entrain d’embarquer un nombre important de peaux de crocodiles à bord d’une voiture.  Après avoir contacté son service pour renfort, Lancinet Doumbouya, présumé trafiquant de trophées d’animaux protégés a été arrêté et  conduit dans les locaux de la Direction des Eaux et Forêts.

A en croire aux déclarations du col. Mamadou Bhoye Sow point focal de la criminalité faunique au Ministère de l’Environnement, 32  peaux tannées de crocodile ont été saisies des mains du mis en cause alors qu’il tentait de les commercialiser sans document légal  autorisant une telle activité. Selon lui, de tels agissements contribuent à enfreindre le code de faune et règlementation de la chasse en République de Guinée.

Sous l’accord du substitut du  procureur du tribunal de première instance(TPI) de Dixinn en collaboration avec la Direction Nationale  des Eaux et Forêts grâce à l’appui du projet GALF( Guinée Application de la Loi Faunique), 9 autres peaux tannées de crocodile et 4 sacs dont 3 confectionnés à l’aide de peaux de crocodile et 1 avec celle d’un serpent boa ont été aussi saisis lors de la perquisition  menée dans l’atelier du contrevenant. Ce qui fait un total de 41 peaux tannées et 4 sacs artisanaux provenant de trophées d’animaux protégés.

Doumbouya risque des peines d’emprisonnement ferme. Car, ces faits sont prévus et punis par les articles  126 et 164 du code de faune et réglementation de la chasse en Guinée.

En rappel, la Guinée a été reconnue comme une plaque tournante de la criminalité faunique en Afrique de l’Ouest ayant pour conséquence  sa suspension auprès de la Convention CITES en mars 2013.  Une suspension qui n’est toujours pas levée malgré quelques avancées enregistrées ces  4 dernières années par le Gouvernement et les partenaires.

Aux dernières nouvelles, le prévenu aurait reconnu les faits mis à sa  charge tout en clamant son ignorance d’une loi  interdisant une telle activité. Compte tenue de la grève générale des services de l’administration pénitentiaire,  le Procureur de la République du TPI de Dixinn a prolongé le délai de  garde à vue de 48 heures,  en demandant que cela soit notifier dans le procès verbal. En attendant la levée  de la grève, il a donné des instructions fermes  aux services des Eaux et Forêts de garder le prévenu jusqu’au lundi pour le déferrement.

Il  faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime transnational. Il représente le 5 ème crime mondial, amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.

 

 

Affaire à suivre…