Guinée: un présumé trafiquant de perroquets mis aux arrêts et placé sous mandat de dépôt.

Article : Guinée: un présumé trafiquant de perroquets mis aux arrêts et placé sous mandat de dépôt.
Étiquettes
05/11/2019

Guinée: un présumé trafiquant de perroquets mis aux arrêts et placé sous mandat de dépôt.

Le samedi 26 octobre 2019, un présumé trafiquant de perroquets appelés ‘’ youyou du Sénégal ’’ a été mis aux arrêts à Bonfi, commune de Matam par une équipe mixte composée des agents d’Interpol, ceux du corps des conservateurs de la nature plus l’équipe de GALF (Guinée Application de la Loi Faunique). Après avoir été entendu sur procès-verbal, M. Moussa Soumah a été déféré devant le parquet du tribunal de première instance(TPI) de Mafanco où il placé sous mandat de dépôt à la maison centrale de Conakry.

C’est à la suite d’une dénonciation faite par le projet GALF auprès du Point Focal de la criminalité faunique au Ministère de la Justice et Garde des Sceaux, relative au trafic d’espèces animales protégées dans cette autre partie de Conakry, que cette interpellation a été effective.

Selon nos informations le perroquet youyou (Poicephalus senegalus), également appelé Youyou du Sénégal, est une petite espèce de perroquet (20 à 26 cm) africain appartenant au genre Poicephalus, arborant un plumage coloré. Sur son statut de conservation, le perroquet youyou du Sénégal est classé à l’annexe II de la CITES (convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore menacées d’extinction), par conséquent il est partiellement protégé en République de Guinée par le code de faune et réglementation de la chasse.

En attendant son jugement prochain, M. Moussa Soumah est en ce moment, logé à la maison centrale de Conakry. Les 16 perroquets sont confiés aux autorités compétentes qui planifieront éventuellement leur relaxe.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime organisé transnational. Il représente le 5ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.
Affaire à suivre…

Partagez

Commentaires